Estime de soi: reconnaître la valeur des autres

Sylvaine Pascual – Publié dans: Bien-être et estime de soi

 

 

Idée contradictoire, me direz-vous? Pas du tout: reconnaitre la valeur des autres est un excellent moyen d’améliorer ses relations, mais aussi de renforcer son estime de soi.

 

valeur des autres

Estime de soi et valeur négative

 

Nous passons un temps considérable à observer nos contemporains: leurs faits et gestes, leur façon de s’habiller, leurs (in)compétences professionnelles etc. Et fréquemment, nous en tirons des jugements qui font bien de rester planqués dans les recoins de notre usine à discours interne, tant leur brutalité nous vaudrait une ostracisation immédiate, et probablement définitive.

 

Il ne s’agit pas toujours de faire des comparaisons descendantes, mais bien de porter des jugements peu flatteurs sur ceux qui nous entourent, au boulot, dans les transports, assis à la terrasse d’un café ou dans la salle d’attente du dentiste.

 

On pourrait être tenté de croire que cela nous rassure sur nous-mêmes, et c’est sans doute le cas, dans une certaine mesure. Cependant l’exercie a trois effets pervers un brin plus gênants et dont le résultat direct est de malmener l’estime de soi:

 

 

Dévalorisation des autres et mauvaise humeur

 

A force de focaliser sur les défauts des autres, et même si les commentaires peu élogieux restent dans notre Ford intérieure, comme disait l’autre, nous finissons par maugréer, bougonner, grommeler, râler et rouspéter tout seuls dans nos têtes. Ce qui, soyons honnêtes, a peu de chances de déboucher sur une humeur sereine, épanouie et heureuse.

Et une humeur renfrognée, c’est peu séduisant et ce n’est pas bon pour l’estime de soi.

 

 

Dévalorisation des autres et relation aux autres

 

Dévalorsier les autres plus souvent qu’à son tour nous habitue aux jugements négatifs et nous poussent à croire qu’ils sont la norme. Schématisons à l’extème:

Si je le fais, alors les autres le font aussi. Et s’ils le font autant que moi, avec autant de hargne, alors quels jugements épouvantables passent-ils sur moi?

Et hop! Nous voilà nous jetant dans une arène où l’autre est un gladiateur armé jusqu’aux dents et qui va nous rouleau-compresser en deux temps trois jugements aussi péremptoires, hâtifs et cruels que les nôtres.

 

Le résultat est que nos jugements négatifs des autres nous poussent à nous méfier des leurs, donc d’eux. Et par là même à avoir peur des autres, de leur regard, de ce qui se passe dans leur tête. Notre confiance mutuelle prend un sacré coup de gourdin sur la carafe et nos relations sont un poil moins fluides.

 

 

Dévalorisation des autres et relation à soi

 

A nouveau, schématisons:

Si nous passons beaucoup de temps à relever les défauts des autres, nous nous habituons à focaliser sur les défauts, les caractéristiques négatives plutôt qu’autre chose, y compris les nôtres.

D’autre part, tout habitué(e)s que nous sommes à nos propres jugements, nous nous retrouvsons à l’affut du moindre indicateur de jugement négatif dans l’oeil de l’autre. Et comme le cerveau remarque facilement les preuves de ce qu’il croit, nous les trouvons, ces indicateurs!

 

En bref, il y a peu de chances qu’une personne qui nie la valeur des autres s’accorde une valeur véritable. Et si elle semble le faire, c’est surtout le signe d’un égo sur-dimensionné, pas d’une estime de soi saine et solide.

 

 

Mini coaching: reconnaître la valeur de l’autre

 

Inversement, lorsque nous reconnaissons les autres, leur valeur, leurs points forts, leurs talents, leurs compétences, au lieu de focaliser sur leurs minuscules manquements, nous favorisons des relations plus saines, plus chouettes, moins empreintes de méfiance et de peur. Nous habituons notre cerveau à repérer les éléments positifs, aussi bien chez les autres que chez nous-mêmes. Et par là même, nous pouvons construire une image plus positive de nous-mêmes.

 

D’autre part, la bienveillance attire la bienveillance, et lorsque nous nous mettons à reconnaître la valeur des autres en l’exprimant, par exemple à travers des compliments, des retours positifs ou des encouragements (ou parfois même par un sourire), nous encourageons les autres à agir de la même manière envers nous, et nous nous attirons compliments, encouragements et retours positifs.

 

En d’autres termes, reconnaître de la valeur à un insecte signifie que même si nous nous considérons nous-mêmes comme un insecte, nous avons aussi de la valeur.

 

Et pour finir c’est un excellent moyen de voir le monde sous un jour plus beau. Et que ceux qui pensent “bisounours” en lisant cette phrase gardent leur aigreur pour eux: elle vit davantage à leurs dépends qu’aux miens;)

 

Je vous propose donc l’exercice suivant:

Pendant une semaine, observez les gens autour de vous, ceux que vous connaissez comme ceux que vous ne connaissez pas.

Pour chacun, trouvez une qualité, une caractéristique plaisante, agréable, intéressante, admirable bref, un trait qui vous plaît.

Au bout d’une semaine: que remarquez-vous?

 

 

Voir aussi

 

Un petit compliment, pour la route?

Les ratés de la communications: les interprétations abusives

Dire les jolies choses que l’on ressent

Mécanismes de valorisation et dévalorisation de soi

Répondre à son besoin d’appartenance sociale

Nous sommes responsables de nos émotions!

Estime de soi: redécouvrir nos talents

 

 

Aller plus loin

 

Pour construire des relations à soi et autres autres plus sereines et réjouissante, pensez au coaching ou au développement personnelContactez Sylvaine Pascual au 01 39 54 77 32

 

 

 

Publicité

6 Comments

  • Edith dit :

    Bien vu !

    Il y a déjà unn moment que je l’avais remarqué : voir le positif chez nos contemporains, ça fait du bien ! C’est apaisant, c’est relaxant, ça met du soleil dans la tête : celui qui, spontanément, aide la jeune femme a monter sa poussette dans le bus ; le collègue qui passe juste pour voir comment ça va… Si on y prête attention, ça dissipe la grisaille et le pessimisme ambiant. A l’inverse, ne voir et ne parler que de ce qui ne va pas, ça vous met le moral par terre, c’est certain !

    Depuis longtemps déjà, en famille, nous nous disions qu’on devrait fabriquer le journal positif, celui qui ne relaterait que ces faits de solidarité, de gentillesse, de politesse, ces témoignages d’empathie, d’écoute etc… Ou, au moins, chaque jour, relever les nouvelles positives dans les journaux (là, on ne remplit pas un bien gros livre, je vous l’accorde !).

     

    Mais je n’avais jamais pensé que ça pouvait influer sur l’opinion qu’on a de soi-même, sur l’estime de soi… Comme la mienne est au plus bas, je vais m’empresser de développer ma capacité à voir le beau et le bon de mes concitoyens.

     

    Merci Sylvaine !

  • TRUEBA dit :

    Bonsoir Madame Pascual

    Je me présente : Madame Chrystèle TRUEBA. Je suis reporter sur C4N, premier site du journalisme citoyen rémunéré. La lecture de cet article m’a beaucoup intéressé et même aidé à m’auto-analyser. (Merci à vous)

    J’aimerai écrire un article pour le faire découvrir à la communauté C4N, où nombreux reporters sauront j’en suis certaine l’apprécier.

    J’apprends d’un des membres bénévole du jury C4N qui veille admirablement bien, que les droits de publication sont respectés et ce qui fait d’ailleurs la bonne réputation de ce site, qu’il est illégal d’écrire un article sans en avoir préalablement l’aval de l’auteur.

    C’est pourquoi, je me suis permise de vous envoyer un mail.

    Dans l’attente de votre réponse, je vous prie madame Pascual d’accepter mes salutations distinguées.

    • Sylvaine Pascual dit :

      Bonjour Chrystèle,
      Etant au Jeux Paralympiques depuis samedi, je n’ai pas eu accès à ma boîte mail. Je vous réponds dans la journée!

  • TRUEBA dit :

    Bonjour Madame Pascual

    Je vous remercie de bien vouloir accepter de prendre en considération mon envie. Á très bientôt et merci encore à vous

    Chrystèle TRUEBA

  • TRUEBA dit :

    Bonjour

    Je vous remercie d’avoir accepté ma proposition. Sincèrement…
    Vous pourrez lire l’article à l’adresse suivante :
    http://www.come4news.com/l-observation-engendre-t-elle-systematiquement-la-critique-861183
    Bonne fin de journée
    Madame TRUEBA Chrystèle

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *