Connaissance de soi: le tour de votre monde en 80 mots

Il y a 1001 manières de contourner l’écueil qui consiste à se raconter des contes à dormir debout (ou à ne pas dormir du tout) sur soi-même, nourris à une perception superficielle de soi et perclue de croyances et d’auto-jugements. Il s’agit essentiellement de développer une connaissance de soi solide, qui nourrit l’acceptation de soi et l’estime de soi. De Proust à Prévert, en passant par les poètes comme Verharen, Khayyam ou Hugo, ou rien qu’en questionnant nos lectures, la littérature nous offre un foisonnement de possibilités. Aujourd’hui c’est avec Jules Verne que je vous propose de faire… le tour de votre monde en 80 mots.

Le parfum d’aventure de l’exploration de soi

Comme toutes les possibilités métaphoriques d’aller à la rencontre de soi-même, celle-ci parlera à certains et pas à d’autres. Dont acte! Il n’y a pas d’outil universel, il s’agit d’expérimenter… si ça vous plaît.

Sortir du brouillard de la méconnaissance de soi en jouant les Phileas Fogg a un parfum d’aventures qui donne à l’exploration de soi une dimension romanesque de voyage initiatique. Pas dans le sens d’un apprentissage de la vie, mais plutôt dans une cartographie curieuse de soi-même et de la vaste mosaïque de nos caractéristiques, de nos penchants et préférences

Il y a dans la connaissance de soi un sacré passe-partout qui ouvre les portes des bifurcations professionnelles faisables et pertinentes (celles qui nous correspondent et que nous sommes en mesure de mener à bien), de relations professionnelles plus réjouissantes, de job crafting adapté pour gagner en plaisir de travailler.

Or je vous parie 20 000 livres d’aventures contre une retraite anticipée qu’au fond, votre connaissance de vous-même alterne entre auto-jugement, raccourcis, auto-incompréhensions et difficulté à vous regarder autrement que par le petit bout de la lorgnette de vos propres croyances sur ce qui est bien ou pas, ce qu’on devrait être ou faire ou pas. 

D’où l’intérêt de donner un parfum d’aventure à l’exploration de soi: découvrir une terra un peu ou beaucoup incognita, c’est romanesque, intéressant et on y apprend beaucoup sur soi.

L’énigmatique Phileas se révèle au travers des expériences qu’il traverse, y compris dans d’apparentes contradictions : indulgent et flegmatique mais capable de se battre, routinier et plein de bravoure. Or tout comme pour l’aventurier de Jules Vernes, le monde n’est pas la somme des lieux qu’ils visitent, nous ne sommes pas la somme de nos caractéristiques : là où nous devenons vraiment intéressants, c’est dans leur mosaïque, la façon dont ces caractéristiques s’agencent, interagissent et s’influencent. Dans leurs apparentes contradictions, leurs décalages (forcément horaire), leurs articulations, leurs conjugaisons. La cartographie de soi, ce n’est pas l’apposition, c’est comprendre comment notre géographie intérieure nous oriente ou peut nous orienter, dans notre vie personnelle comme professionnelle.

Le tour de votre monde en 80 mots

autant de palabres pour une seule personne, voilà qui peut paraître un montagne, mais on ne fait pas un tour du monde complet et plein d’apprentissage sans le regarder aussi dans sa complexité. Voici donc comment vous y prendre.

1- Commencer par 8 mots ou expressions

Puisque Phileas fait 8 étapes, allons-y de cette manière, mais vous pouvez adapter l’exercice en 10, en 16, en 20 si les mots vous concernant vous viennent facilement, ou si vous en avez envie. Ou bien commencer par 8 et élargir par la suite. 

L’idée, c’est que chacune de ces étapes représente une partie de vous, qui est importante à vos yeux : caractéristique, valeur, conviction, centre d’intérêt, cause, qualité etc.

2- Décliner

Pour chacun, il va s’agir de l’analyser pour en déduire ce que ça dit de vous, de vos penchants, appétences et préférences, de vos modes de fonctionnement, votre façon d’être efficace, de vos motivations, désirs et aspirations et de le décliner en une dizaine de mots ou expressions connexes. Il ne s’agit pas de juger ou d’évaluer, mais bien de comprendre comment vous fonctionnez.

3- Cartographier

Les modes de transports utilisés par Philéas sont les liens uniques que vous faites entre ces différents aspects de vous et qui vont vous permettre de cartographier qui vous êtes, peut-être sous forme de carte heuristique ou de mappemonde de vous-même:

Observez ensuite les articulations qui s’établissent entre les uns et les autres, les échos, les miroirs, les continents ou les océans qui s’établissent entre eux, les points communs, les oppositions, bref, les correspondances. Qu’est-ce que ça vous dit sur vous, vos préférences, besoins, appétences, sur ce que vous aimez ou aimeriez faire, dans quelles circonstances et dans quel but de contribution ?

Et comme ce serait dommage de s’arrêter en si bon chemin, prochainement, je vous propose un autre moyen de connaissance de soi qui pourrait transporter les amateurs de Jules Verne: 20 000 lieues sous l’amer.


Voir aussi

Élégance relationnelle et connaissance de soi, ressources essentielles pour le « monde d’après »

Estime de soi: qualités, talents naturels, le beau est dans l’ordinaire

Connaissance de soi: belles contradictions

3 manières simples et légères de renforcer l’estime de soi

Acceptation de soi: la peau et l’écorce

Petite leçon équine au service de l’acceptation de soi

 


Aller plus loin

Vous voulez développer une connaissance de sous solide et décontractée, de celles qui favorisent l’acceptation de soi et la possibilité d’accéder à davantage de plaisir de travailler? Ithaque vous propose un accompagnement à l’approche originale et réellement personnalisée: job crafting et vitamines mentales. Pour tous renseignements, contactez Sylvaine Pascual.

Publicité

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *