Pierre Denier et la fraternité

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Sylvaine Pascual – Publié dans  Instantanés

Tweeter

 

C’est Pierre Denier qui inaugure la catégorie Instantanés, série de portraits de gens à la fois ordinaires et extraordinaires. Engagés dans des projets qui leur tiennent à cœur. Leurs motivations et les trésors d’imagination et de détermination dont ils ont fait preuve pour les mener à bien sont de lumineux exemples des possibilités qui s’offrent à chacun de nous.

 

Loin d’être des super héros, nombre de gens réalisent et font vivre des projets formidables, tout en les conciliant avec une vie relativement classique, pour ne pas dire banale. Pour tous ceux qui ont des aspirations, tout en ne parvenant pas à oser, en se demandant si « c’est réaliste », ils sont un exemple du vaste champ des possibles, pour peu qu’on accepte de faire des choix, des ajustements, de prendre des décisions, de sauter des pas, de franchir des caps. Explorer leurs motivations et leur engagement dans leur projet est un moyen de prendre conscience que chacun peut faire vivre ses aspirations, à son rythme et à sa manière.

 

 

Pierre Denier ITW Ithaque coaching.2

Interview de Pierre Denier

 

J’ai demandé à Pierre Denier de se prêter au jeu de l’interview. Directeur des ventes chez Lippi Fencing, entreprise de 300 salariés, située près d’Angoulème et qui fabrique des clôtures, Pierre Denier consacre une partir (très) importante de son temps libre à accompagner des chercheurs d’emploi d’une façon originale : il relit leurs CV et les commente sous forme de MP3 que les personnes peuvent réécouter à loisir. Le tout bénévolement.

 


Parle-nous de cette activité. Comment t’es venue cette idée d’aide aux chercheurs d’emploi ?


C’est une idée qui est née il y a deux ans et demi environ, je me suis rendu compte que j’avais la capacité, ou en tout cas des facilités pour remotiver des personnes qui ne l’étaient pas. C’est certainement lié à mon travail où je suis censé remonter le moral des équipes commerciales qui se heurtent souvent  à des murs.

 Au début, même en proposant mes services bénévolement, personne ne me faisait confiance et ne m’adressait son CV.  Nous vivons dans une société dans laquelle on regrette le manque de proximité, de fraternité, de solidarité, mais il faut aussi être disposé à les recevoir, à accepter la main tendue. C’est avec ce discours que j’ai contacté des personnes une à une sur Viadéo. Petit à petit, le bouche à oreille s’est mis à fonctionner.


Avec 4000 CV traités à ce jour, j e reçois 10 à 15 CV par jour, que j’essaie de traiter le plus rapidement possible, ce qui n’est pas toujours évident puisque chaque CV me prend environ 20 à 25mn.


Je parviens à m’adresser aux personnes de façon très directe et très franche tout en valorisant ce qu’elles savent faire et en mettant en évidence des points auxquels elles n’avaient pas pensé.  J’aborde généralement les problèmes des personnes que je suis amené à accompagner de façon assez différente, sous un angle moins habituel permettant d’explorer de nouvelles pistes. Rien que le fait de s’approprier ces nouvelles pistes leur redonne un peu d’énergie et d’espoir.


J’ai affaire à des gens passionnants, qui ont des compétences. Je suis convaincu que chacun est compétent, pour peu qu’on parvienne à voir ces compétences, que ce soient des employés ou des tops managers.

 

 

En parallèle, tu animes un blog, Haut les cœurs !! Comment vient-il compléter l’accompagnement ?

 

J’ai créé ce blog pour répondre à des questions qui m’étaient régulièrement posées.  Je me suis pris au jeu et les 6 premiers mois, tous les jours j’avais une idée de ce que j’allais raconter, mais depuis un an, chaque soir je me demande ce que je vais bien pouvoir raconter le lendemain. C’est devenu un enjeu, avec un peu de pression, pour ne pas décevoir. Cependant, j’essaie de me détacher de plus en plus de cette pression pour offrir des conseils qui soient les plus optimistes.


Le ton de Haut les cœurs !! se veut résolument optimiste et empreint de bon sens. Les recruteurs et les experts ont souvent des avis contraires ou paradoxaux et je me suis demandé comment les chercheurs d’emploi peuvent s’y retrouver.  C’est là où le bon sens rentre en jeu. Il suffit parfois de prendre un peu de recul pour faire des prises de conscience importantes. Je conçois qu’il y ait des gens qui ne soient pas du tout d’accord avec mes conseils et ce n’est pas très grave : ma seule volonté est de pousser les gens à réfléchir, pas de donner des leçons.

J’ai choisi d’utiliser un ton résolument optimiste et enthousiaste, avec une pointe d’humour, de façon à ne pas dramatiser des situations déjà suffisamment difficiles pour ceux qui les traversent.

 

 

Ce qui m’impressionne dans tout cela, c’est le temps que tu consacres à cet accompagnement des chercheurs d’emploi. Comment t’organises-tu ? Comment parviens-tu à concilier cette activité, ta vie personnelle et ta vie professionnelle ?


Avant le blog me prenait  15mn par jour, aujourd’hui c’est facilement 1h, ce qui prend du temps sur la relecture des CV qui me prend environ 3h par jour, auxquelles il faut ajouter la diffusion de l’info via Facebook et Twitter.


Je me lève tôt je me couche tard ! Mes journées sont assez rythmées. Le soir j’enregistre mes commentaires. Mon épouse m’épaule en organisant beaucoup de choses à la maison. Je n’ai pas vraiment d’organisation, ça n’est pas mon point fort. J’essaie de mesurer le temps passé à chaque activité. Le week end j’en fais le moins possible. Je me lève très tôt, je travaille jusqu’à 10 ou 11h et puis je me consacre à mon épouse et à mes quatre enfants.


J’arrive à tout concilier parce que je ne fais pas de différence entre ma vie personnelle, professionnelle et mon engagement. C’est un tout, c’est ma nature. Je travaille aussi bien chez moi qu’au bureau ou dans un avion, idem pour l’aide aux chercheurs d’emploi. Je n’arrive pas à saucissonner mon cerveau.  Ca fonctionne pas trop mal parce que je ne cherche pas à segmenter les différents éléments de ma vie, je cherche à les vivre le plus pleinement possible. En segmentant peu, j’arrive à tout concilier.

 


Cet engagement, à quelles motivations, à quelles valeurs répond-il ?

 

Je suis un militant dans l’âme, mais je ne me reconnais pas dans le paysage politique actuel. J’ai besoin de concret et lorsque je ne le trouve pas, je le crée. Ma motivation principale est d’être utile et en particulier utile à des gens en difficulté. L’idée est aussi de susciter la solidarité en demandant à ceux qui ont été accompagnés bénévolement d’accompagner une autre personne à leur tour. Malheureusement, une fois que les personnes ont retrouvé un emploi, elles me disent généralement qu’elles n’ont pas le temps. J’en ressens une petite frustration, mais ça ne m’empêche pas de voir que ce que cette activité fait du bien. Même si ça ne faisait du bien qu’à une seule personne, je n’aurais pas perdu mon temps.


Mon autre motivation, ce sont mes quatre enfants. Je crois qu’on élève aussi les enfants par l’exemple, par un discours cohérent. Quand on leur demande d’être justes et de s’entraider, de s’intéresser aux autres, autant le leur montrer. Si je leur demande de la solidarité, j’essaie de l’appliquer dans ma vie. Si je leur dis que chacun a un rôle et peut changer les choses, je dois commencer par le faire moi-même.


Je pense que chacun peut apporter sa pierre à l’édifice. On peut penser, avoir des opinions, mais je préfère ceux qui agissent. L’action me paraît bien meilleure que l’immobilisme de la rébellion silencieuse. Chacun peut faire bouger les choses, et j’ai le sentiment de les faire bouger un peu, même modestement, peu importe.

J’ai un idéal, qui serait que cette aide utile soit multipliée au sein d’une communauté, je crois qu’elle pourrait être beaucoup plus forte.


La valeur principale, c’est la fraternité. Quand je lis les témoignages de personnes en plein désarroi, quand j’entends les salariés de Caterpillar licenciés qui ne savent pas où ils vont aller, Quand Mohamed me dit « on m’a fermé la porte au nez parce que j’ai un nom étranger »,  quand une jeune femme m’explique qu’on reluque davantage son corps que son cerveau, ça m’écorche beaucoup.

J’ai un grand besoin de participer, de ne surtout pas être spectateur.

 


Que t’apporte cette aide aux chercheurs d’emploi ?

 

De l’équilibre. J’évolue dans un monde des affaires rudes et impitoyable, il y des tensions partout, c’est un métier très exposé. J’y rencontre une pression très forte, que je ne subis pas dans la bénévolat. L’accompagnement des chercheurs d’emploi me permet de relativiser la pression et le stress que je rencontre professionnellement, et me donne beaucoup de force, l’envie d’aller plus loin. Quand une personne sort de difficultés très profondes, ça me donne une énergie considérable.

 

Elle m’apporte aussi de la reconnaissance : je reçois des dizaines de mails de remerciements, des commentaires positifs, des mots d’une gentillesse inouïe, de gens remarquables qui me font croire en l’espèce humaine.

 

 

As-tu envie d’aller plus loin, de franchir le pas de la reconversion et du vivre de cette activité?

 

j’ai effectivement envie de consacrer davantage de temps à mon activité d’accompagnement des demandeurs d’emploi. Cependant, cherchant à rester cohérent dans ma démarche d’entraide et ma nécessité de générer une rentrée d’argent. Je cherche le bon “business modèle” pour parler rudement, et pour l’instant, je n’ai pas trouvé celui qui correspond à 100% à mes aspirations. Si quelqu’un a une idée, je suis preneur !

 

 

Merci Pierre!

 

 

Voir aussi

 

Etonnantes motivations

Les cimetières à rêves

Connaissance de soi: les valeurs morales

Comment nous entretenons nos convictions

Aux sources de la motivation

Les valeurs: l’énergie renouvelable de la motivation

Les dossiers d’Ithaque: Vie professionnelle

Les dossiers d’Ithaque: Bien-être et estime de soi

Les dossiers d’Ithaque: Le plein de vitamines mentales

 

 

Aller plus loin

 

Vous avez des projets, des envies, des aspirations et la volonté de leur donner vie? Pensez au coaching. Pour tous renseignements, contactez Sylvaine Pascual au 01 39 54 77 32.

 

 

 

Publicité

4 Comments

  • Pierre Denier dit :

    Bonsoir, Un grand merci à toi, Sylvaine d’avoir publié mon témoignage, merci à toi pour l’invitation et la qualité de tout ce que tu fais, à l’image de ce que tu es ! Quelqu’un que je suis heureux de connaître ! A bientôt !

    Pierre

     

  • Jean-Philippe dit :

    Pierre est une personne rare et que je respecte beaucoup. Alors parfois, quand j’ai besoin de retrouver un peu d’énergie, je pense à lui et à ce qu’il fait et ça va tout de suite mieux !!

    Merci Pierre pour ton exemple. 🙂

  • Pierre Denier dit :

    Bonjour

    merci Jean-Philippe pour ton commentaire qui me fait bien plaisir.

    J’ai constaté que ce témoignage avait suscité des vocations, notamment de personnes qui m’encourageaient à continuer dans le bénévolat.. Les offres de service fleurissent (90? la séance de conseils sur les CV), personnellement, je n’approuve pas ce principe que je me suis toujours appliqué à refuser. Allez, pour être honnête, je suis un peu choqué par cet opportunisme, un peu comme les stations service qui augmentent leurs prix en période de grève !

    Bonne journée à tous 🙂

    Pierre

  • valérie dit :

    Ca fait un bien fou de voir que des gens fortement investis dans lemonde économique, qui a une cacacité incroyable à pomper toute votre énergie, décider de consacrer du temps aux autres.

    Bravo à Pierre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *