Sylvaine Pascual et le coaching des élèves de Prépa

La préparation aux concours version Ithaque coaching

 

J’ai été interviewée par Fiona Colliène, journaliste pour le site Kelformation.com, sur comment réussir les oraux de concours, pour les élèves de CPGE. C’est l’occasion pour moi de faire un point sur mon travail avec les élèves de Prépa : ils ont leur Everest à gravir et le coaching est là pour les accompagner.

La préparation aux concours version Ithaque coaching

 

 

Ithaque et les élèves de CPGE

Les élèves de Prépa et moi, c’est une vieille histoire! Je travaille avec eux depuis plus 20 ans et je les aime toujours autant: intelligents, pleins d’humour, prêts à donner beaucoup pour se dépasser et se révéler, ils ont toujours suscité mon admiration. Après avoir été interrogatrice au Lycée Hoche, j’ai été prof en CPGE au Lycée Militaire de St Cyr jusqu’en 2005 et membre du jury Mines-Ponts de 1998 à 2015.

C’est d’ailleurs par leur intermédiaire que j’ai indirectement rencontré le coaching: je trouvais très frustrant de voir certains élèves qui, après 2 voire 3 ans de colles offraient toujours des performances orales en deça de leurs capacités à cause de leur timidité, du manque de confiance en soi ou d’aisance à l’oral qui les paralysait.

Du coup, je me suis mise à la recherche d’outils et techniques qui pouvaient faciliter la prise de parole, renforcer la confiance en soi, aider à gérer le stress etc. Et c’est comme ça que je suis tombée sur le coaching et que j’ai entrepris une formation d’un an auprès d’une école franco-canadienne.

Enthousiasmée face aux résultats qu’on parvient à obtenir avec le coaching, j’ai décidé de quitter l’enseignement et d’en faire mon métier à plein temps. Entre autres avec les élèves de Prépa, pour qui il m’est apparu évident que je pourrais être bien plus utile de cette manière-là, c’est à dire en leur apportant des outils non-pédagogiques qui favorisent la réussite et la confiance en soi.

Depuis, les Taupins, Epiciers, Lettreux et Cornichons représentent une part non négligeable de mes clients. Nous travaillons sur l’aisance à l’oral, bien entendu, mais aussi  le stress, l’essoufflement, le manque de méthode et d’organisation, qui font aussi partie des principales raisons qui  les poussent à s’adresser à moi.

 

Un public qui a encore quelques freins…

Il reste beaucoup d’idées reçues sur l’absurdité de se faire aider en prépa, que ce soit par un psy pour ceux qui en ont besoin ou par un coach. La principale étant qu’on est un abruti si on arrive pas à se débrouiller par soi-même. Pourtant, certains élèves font tout simplement face à des difficultés qui les freinent alors qu’on peut y remédier.

On retrouve encore ce type de discours sur les forums d’entraide, mais plus rarement qu’il y a quelques années. En effet, les parents d’élèves de Prépa aujourd’hui ont souvent entendu parler du coaching, voire été eux-mêmes coachés au sein de leur entreprise et ont bien moins besoin que les générations précédentes d’être convaincus de l’efficacité de ce type d’accompagnement.

 

… mais qui répond bien aux techniques du coaching

Les élèves de Prépa sont un public que je connais bien, que j’aime bien, et avec lequel j’ai beaucoup de plaisir à travailler. Ce que j’aime particulièrement chez eux, c’est leur vivacité, leur allant, leur créativité, leur humour, et surtout leur disponibilité pour s’aventurer sur des chemins qui s’éloignent carrément des conseils institutionnels en matière de réussite scolaire, pour aller inventer des stratégies uniques, terriblement efficaces, parce qu’elles correspondent totalement à leurs moteurs internes. Même si cela signifie que ces solutions peuvent paraître franchement décalées et farfelues au commun des mortels, il y mettent un enthousiasme débordant parce que ce sont les leurs, le fruit de leur propre imagination, plutôt qu’on moule dans lequel se couler à tout prix parce que tout le monde dit que c’est ce qu’il faut faire. Bref, ils se mettent à bosser efficacement et avec plaisir…

En d’autres termes, dès lors qu’on leur offre la possibilité de sortir des sentiers battus, ils la saisissent volontiers et s’approprient merveilleusement, et rapidement – vivacité d’esprit oblige – toute technique qui leur apporte un bénéfice.

 

Comment se passe un coaching en Prépa

En général, évidemment, ce sont les parents qui me contactent.  Cependant, c’est l’élève qui décide si oui ou non, il souhaite travailler avec moi, suite à un entretien. La famille doit aussi adhérer totalement au principe de la confidentialité, condition déontologique sine qua non de la réussite d’une mission, sans laquelle je suis au devoir de la refuser. (voir la déontologie du coach).

La plupart du temps, pour des raisons pratiques, le coaching des élèves de Prépa se passe par téléphone. D’abord parce que les CPGE sont réparties dans toutes la France et donc souvent pas du tout à proximité de mon cabinet, mais aussi parce qu’ils disposent de très peu de temps libre qu’il serait dommage de gâcher en transports. Aussi, même pour les élèves de Prépas parisiennes ou versaillaises, nous choisissons le travail à distance.

Nous travaillons beaucoup à la construction d’une estime de soi solide et à l’identification et l’exploitation, par exemple, des valeurs motrices qui permettent de gagner en confiance et de concocter des stratégies qui seront mise en place et évaluées et éventuellement modifiées, jusqu’à obtenir des résultats satisfaisants. Le tout en gagnant petit à petit en assurance et en sérénité.

En moyenne, les missions sont composées de 10 séances d’environ une heure réparties sur 3 à 4 mois. La méthode ne diffère pas d’un coaching pour tout autre clientèle, il s’agit d’entretiens au cours desquels nous explorons des modes de fonctionnement pour que l’élève puisse lui-même faire émerger les solutions et mises en actions qui lui sont propres. Celles-ci sont ensuite testées, évaluées et éventuellement modifiées jusqu’à obtention d’un résultat satisfaisant. Quelques ressources pour mieux comprendre comment le coaching fonctionne:

 

Bien entendu, la façon de travailler va dépendre du moment auquel l’élève arrive. Avec les élèves de première année, ou ceux qui arrivent en tout début de seconde année, nous pouvons faire un travail de fond, qui va métamorphoser leur façon de travailler et aussi leur façon de considérer leur travail scolaire. Les effets seront profonds, durables et auront un impact bien au delà de la Prépa.

Lorsque les élèves viennent dans les 6 derniers mois avant les concours, il s’agit alors souvent de gérer un stress qui augmente à mesure que l’échéance se rapproche, et les techniques mises en place ont alors un objectif à beaucoup plus court terme. Elles sont plus rapidement opérationnelles, mais aussi plus superficielles.

Pour plus de détails, voir:  Prépa: déterminer le bon moment pour un coaching

 

 

Voir aussi

Pour lire l’interview sur Kelformation.com :
Concours: maîtriser votre stress avant l’oral

Et pour consulter le dossier complet sur le réussite aux oraux de concours:
Special Prépas: oraux de concours
PREPAS : petit guide de survie aux oraux de concours
PREPAS SPECIAL ORAUX DE CONCOURS: 22 astuces pour réussir les oraux
Prépas: oraux de concours: faire avec le trac
Les dossiers d’Ithaque: réussir en Prépa

 

Aller plus loin

Pour tout renseignement complémentaire sur le coaching des élèves de CPGE ou l’accompagnement à la préparation d’un concours de la Fonction publique, contactez Sylvaine Pascual 

 

Publicité

1 Comment

  • Ah les petits veinards ! Pour vaincre ma timidité j’ai pratiqué … le porte à porte (c’était dans les années 60) ; Je n’oublierai jamais les deux heures d’hésitation avant de tirer ma première sonnette, et ma première prestation, totalement lamentable, qui m’a permis de me libérer enfin !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *