Vitamines mentales : dire ce qui va bien

Parler de ce qui nous plaît, de ce qui va bien, partager de la joie

Le formidable témoignage de Patrick Chêne qui, soigné pour un cancer à l’hôpital public, raconte ce qu’il a vécu dans une vidéo BRUT, nous donne une source toute trouvée de vitamines mentales: parler de ce qui va bien.

Parler de ce qui nous plaît, de ce qui va bien, partager de la joie

 

Dire ce qui va bien

En lecture ou en podcast:

 

Je me souviens, peu de temps après cet accident qui m’a immobilisée deux ans, d’avoir eu la visite d’un collègue prof de maths, bien embêté de devoir répondre à la question « Et toi comment vas-tu? ». Après quelques hésitations, il m’avoue qu’il a du mal à répondre, parce que c’est souvent mal vu, mais il va bien. Il va même très bien. Il est heureux dans sa vie, dans son métier, dans son quotidien et il trouve avoir mille petites raisons de se réjouir de sa vie. Mais il n’ose pas trop le dire, car on lui renvoie alors qu’il était une sorte d’hurluberlu, à se trouver bienheureux dans un monde où l’on est plutôt censé cumuler emmerdes, soucis et tracas et où les gens heureux n’ont pas d’histoire.

Vous imaginez la bouffée d’air frais ? Pour moi qui entendait chaque jour des litanies qui pleines d’intentions d’empathie mais maladroites, version je te je-vous-ai-comprise en me lamentant sur des anecdotes (« moi aussi, j’ai une douleur au pied a-bo-mi-na-ble au pied depuis trois jours, alors je sais ce que tu vis ») qui donnaient surtout envie de s’emmener vivre en toute oursitude dans un hermitage haut et loin perché… J’ai bu avec délices ses évocations réjouies d’une sortie en bateau, d’une classe agréable, d’une recette testée!

De même, nous voyons tous chaque jour sur les réseaux sociaux les mêmes grognonitudes sur, en vrac, l’école, la SNCF, les embouteillages parisiens, l’hôpital, le RSI, la politique et j’en passe. Mais peut-être qu’à force de nous écouter nous-mêmes râler, nous en oublions ce qui est beau, ce qui est bon dans le monde qui nous entoure et qui fait dire à Michel Serres que « nous vivons dans un paradis ».

C’est en substance aussi ce que dit Patrick Chêne dans ce magnifique témoignage sur son expérience de l’hôpital en tant que patient atteint d’un cancer et qui, parce qu’il a « une voix qui porte un peu » a décidé de nous inviter à parler aussi de ce qui va bien, de ce qui est beau, de ce qui est bon : « Quand les choses vont bien, il faudrait peut-être le dire un peu »

 

Et il y a là certainement une grande source de vitamines mentales, car en nous réjouissant de ce qui nous plaît, en partageant notre joie vis-à-vis de ce qui va bien, nous nourrissons notre propre sentiment d’avoir des sources de plaisir, de satisfaction malgré tout et nous le transmettons à ceux qui nous entourent.  Nous avions évoqué le fait de savourer ce qui va bien. Le dire, en parler, le partager, c’est aller un pas plus loin. La joie de vivre est contagieuse ! Et elle n’a pas pour but de se voiler la face, de regarder le monde dans des lunettes roses ou d’ignorer ce qui ne va pas. Comme toutes les vitamines mentales, elle a pour objectif de nous fournir de l’énergie utile pour traverser les aléas de la vie et agir pour changer ce que nous voulons changer. Ou tout simplement pour se faire un peu de bien;)

Qu’est-ce qui va bien dans votre vie personnelle et ou professionnelle qui vous réjouit ?
Qu’est-ce qui va bien, qu’est-ce que vous appréciez et qui mérite vos hommages, vos louanges, vos partages ?
Qui ou quoi fonctionne bien à vos yeux et vous donne envie de le promouvoir ?
Quelles institutions, quels métiers, quelles personnes, quels mouvements, quels progrès, quelles inventions, quelles initiatives vous plaisent, vous enthousiasment et sur lesquels vous pourriez vous exprimer ?
Bref : quelles sont les jolies choses de ce monde qui méritent selon vous d’être partagées, promues, mises en avant ?
Comment vous y prendre pour le faire ?

 

Une micro mise en garde, puisque je parle de réseaux sociaux: l’idée n’est pas de tomber dans l’effrayant travers du toujours plus merveilleux, toujours plus glamour, travers de plus en plus fréquent qui collectionne les effets pervers. C’est au contraire de parvenir à voir le beau dans l’ordinaire, à parler de ce qui nous touche et nous émeut. Rangez vos vacances paradisiaques et vos grands crus et sortez vos petits plaisirs et vos émotions du quotidien;)

 

Voir aussi

Vitamines mentales: 50 micro plaisirs à collectionner au travail
Vitamines mentales: 100 bonheurs minuscules à collectionner
10 petites choses qui mettent de bonne humeur au travail
Vitamines mentales: le bonheur est (aussi) dans le déconnecté
12 mois de vitamines mentales
Vitamines mentales : les rituels matinaux pour entretenir la bonne humeur
Rôle des émotions: la joie
P comme… Plaisir au travail, plaisir de travailler
Dire les jolies choses que l’on ressent

 

Aller plus loin

Vous voulez développer et entretenir un état d’esprit dynamique et serein à la fois, parce qu’il favorisera la concrétisation de vos désirs et de vos aspirations professionnelles? Ithaque vous propose un accompagnement original et ludique. Pour tous renseignements, contactez Sylvaine Pascual.

Publicité

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *