Guide de survie aux abrutis (1)

Quand les comportements de certains nous paraissent aberrants, ils deviennent rapidement horripilants et nous avons vite fait de les ranger dans la catégorie des cons insupportables qui nous pourrissent la vie. Voici donc la première partie de notre Petit guide de survie aux abrutis, pour éviter de finir seul(e) dans un monde d’abrutis.

 

Quelques techniques pour gérer les abrutis dans notre entourage obligatoireLes abrutis incontournables

Décidément la vie est dure. Déjà qu’au boulot, vous êtes entouré(e) d’abrutis aussi intergalactiques qu”incontournables,  et voilà qu’en plus, la perspective de passer les fêtes / les vacances avec l’Oncle Nanard, qui a élevé la beautfitude au rang d’art de vivre, ou de votre beau-frère, qui n’en peut plus d’être lui-même depuis qu’il s’est acheté un Porsche Cayenne, vous réjouit à peu près autant qu’un week end à Tchernobyl.

S’il ne tient qu’à nous de  faire le ménage parmi les personnes que nous fréquentons par choix, c’est plus difficile avec nos relations obligatoires comme les collègues de boulot. Parvenir à composer serait plus agréable que de les subir en grommelant intérieurement. Car au passage, on y perd une énergie qui serait plus utile à autre chose, on augmente l’insatisfaction et la frustration, et on construit discrètement une colère sourde et tenace.

Avant de céder à la tentation de ressortir le katana de votre adolescence et de vous la jouer Kill Bill, ce qui risquerait de gâcher franchement le réveillon préparé avec amour par Belle-Maman, ou la réunion de 10h, je vous propose de tester tout d’abord quelques techniques qui, en s’appuyant sur la bienveillance envers l’autre, aident à mieux supporter les cons. Et à moins ruminer, autre conséquence classique de ce que nous acceptons de subir malgré nous

Développer un regard et une attitude plus bienveillants envers ces autres lourdingues ne les changera pas, bien entendu et ne fera pas disparaître par miracle leurs comportements exaspérants, mais cela nous permettra de nous sentir mieux en leur présence, de les rendre plus supportables à nos yeux et au fond, c’est ça qui compte. Voici quelques pistes pour y parvenir.

Et si d’aventure vous croisez des Cons Monumentaux sur lesquels ces techniques s’avèrent totalement inefficaces, des Supercons qui résistent à tous vos efforts pour entretenir des relations saines, alors ne ratez pas le second volet de ce guide, Le bocal à con

Et n’oubliez pas: il ne s’agit en aucune manière d’accepter des comportements inacceptables tels que le harcèlement ou la manipulation.

 

1- Sortir le microscope

Endossez votre blouse de chercheur comportementaliste: les abrutis font preuve d’une inventivité sans cesse renouvelée. Observez leurs comportements désagréables avec curiosité, pour en décoder les mécanismes, les motivations les conséquences sur les personnes qui les entourent, les jeux de pouvoir qui se développent etc. En se positionnant en tant qu’observateur, nous pouvons développer un regard plus neutre et sortir de la réaction émotionnelle.
D’autant plus si vous décidez d’en profiter pour faire le point sur les comportements que vous ne voulez plus subir de façon générale et vous préparez à fixer vos limites et faire des demandes ou des critiques élégantes par la suite.

 

2- Focaliser sur une qualité plutôt que sur la somme des défauts

C’est une évidence, la collègue du service juridique collectionne les défauts comme d’autres les timbres ou les papillons. A priori, aucune qualité rédemptrice, vous la voteriez volontiers Pintade Suprême. D’ailleurs tout le monde pense comme vous. Pourtant, s’imaginer qu’une personne peut  être unanimement détestée est du domaine de la généralisation abusive et vient surtout de l’agacement qu’elle provoque en vous.

Laissez donc votre exaspération de côté et étudiez cette personne d’un oeil neutre:

  • Cherchez un élément (tant mieux s’il y en a plusieurs!) qui vous paraît acceptable, agréable, intéressant, bref, tout ce qui peut être considéré comme une qualité à vos yeux.
  • Dans toutes vos interactions avec cette personnes, gardez cet élément positif en tête.
  • Si l’oeil neutre ne suffit pas, identifiez une personne de son entourage qui l’apprécie et mettez-vous à sa place quelques instants: cette personne, quelles qualités apprécie-t-elle chez votre abruti?

Et si vous avez vraiment du mal à identifier une qualité, souvenez-vous que nous avons tous les qualités de nos défauts, et utilisez cette technique.

L'impatience peut aussi être une qualité

 

3- Les mettre en valeur

Nous en avons déjà parlé, un excès de vantardise peut cacher un manque de confiance en soi.  De même, tout un tas de comportements pénibles cachent des failles de l’estime de soi ou de la confiance en soi, parfois noyés dans une absene de remise en question:

 – l’agressivité
 – Parler trop fort
 – Vouloir avoir le dernier mot
 – Chercher à imposer son opinion
 – Etaler son savoir
 – L’arrogance
 – Les moqueries brutales, les blagues aux dépends des autres
 – etc.

Tous ces comportements désagréables correspondent à des manques pas toujours identifiés par la personne qui en souffre et cherche désespéremment à obtenir la satisfaction de ces besoins d’une manière qui pour vous est une véritable stratégie d’échec, puisqu’ils vous hérissent le poil.

Ces besoins sont souvent du domaine de la reconnaissance, de l’attention, alors faites preuve de bonté, participez à un début de satisfaction de ce besoin. C’est un bon exercice d’indulgence, de tolérance et vous travaillez au passage votre développement personnel: tout bénéfice pour vous, donc, d’autant qu’au passage, ils pourraient devenir plus sympathiques…

redéfinir et réhabiliter la gentillesse

 

4- Le pare-feu mental

Pour compléter, vous pouvez mettre en place un pare-feu mental  spécifique pour vous débarrasser des pensées peu amicales qui vous envahissent quand vous vous retrouvez en présence de vos abrutis personnels.
Mettre en place les techniques ci-dessus sera peut-être plus facile…

 

5- Evaluer son propre degré de pénibilité relationnelle

Ça nous arrangerait bien que seuls les autres soient des cons potentiels, et que nous puissions continuer à nous gargariser de nos belles valeurs morales tout en pointant du doigts les épouvantables manquements de nos contemporains. Pourtant, nous sommes tous l’abruti de quelqu’un. Il suffit parfois de pas grand chose pour exaspérer l’autre d’une part, et puisque nous sommes deux dans la relation, nous avons notre propre part de responsabilité dans son échec d’autre part. C’est donc le moment d’évaluer en toute objectivité notre part de responsabilité dans nos relations pourries. Quelques pistes:

triplette élégance relationnelle

 

Voir aussi

Réhabiliter la gentillesse
PTF! 5 (+1) trucs pour assurer le bien-être relationnel
Guide de survie aux abrutis: le bocal à con
Guide de survie aux abrutis: le saule pleureur
Guide de survie aux abrutis: le manipulateur
Guide de survie aux abrutis: 5 erreurs fatales avec un manipulateur
Guide de survie aux abrutis: agir face à un manipulateur
Guide de survie aux abrutis: histoires de persécution ordinaire
Guide de survie aux abrutis: le harcèlement moral

 

Les dossiers d’Ithaque: Compétences relationnelles
Les dossiers d’Ithaque: Bien-être et estime de soi

 

Aller plus loin

Vous voulez renforcer votre confiance en vous, votre aisance relationnelle, vous affirmer davantage pour construire des relations saines et réjouissantes? Pensez au coaching. Pour tous renseignements, contactez Sylvaine Pascual 

 

 

Publicité

10 Comments

Répondre à Sylvaine Pascual Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *