Concilier vie pro et vie perso, une priorité de plus en plus marquée

Sylvaine Pascual – Publié dans Vie professionnelle / l’actualité d’Ithaque

 

 

Les cadres sont de plus en plus nombreux à exprimer le besoin d’accorder davantage de place à leur vie privée, et c’est tant mieux, car c’est un bon moyen d’être mieux dans sa vie et donc plus performant au travail.
   

 

 

 

L'articulation vie personnelle et vie privée, une priorité de plus en plus marquéeConciliation vie pro/vie perso et besoin de formation

 

J’ai répondu aux questions de Cadremploi sur le sujet, dans le cadre d’un article qui montre que les cadres ont de plus en plus recours à des formations (ou des coachings) pour trouver les moyens d’une articulation vie professionnelle / vie privée plus satisfaisante.

 

Ce qui sous-entend par ailleurs que, s’ils sont de plus en plus nombreux à revoir leurs priorités, ils peuvent être démunis quant aux solutions possibles pour vivre et travailler en accord avec.

 

Pour lire l’article:

Concilier vie pro et vie perso : la priorité des cadres

 

 

 

Conciliation vie pro / vie perso: une priorité de plus en plus marquée

 

A l’évidence, mes clients étant en recherche de bien-vivre et de plaisir dans le travail, ils sont nombreux à vouloir construire cette conciliation. En même temps, la part de ces demandes est en constante augmentation, à mesure que la perte de sens au travail renvoie chacun à son besoin de vivre en fonction de ses valeurs.

 

 

 

Des freins à lever, des projets à construire

 

Cependant, si le désir existe, de nombreux freins restent à lever en termes de croyances sur ce que l’entreprise peut accepter ou non. En vertu du principe que la meilleure façon de ne pas obtenir quelque chose, c’est de ne pas le demander, mieux vaut réfléchir aux propositions que nous pouvons faire à notre employeur, plutôt que de gémir sur le fait non avéré qu’il est irréaliste d’espérer une journée de télétravail ou le décalage de certaines réunions.

 

D’autant que les entreprises ont de plus en plus conscience du rôle du bien-être dans la performance et sont de plus en plus ouvertes aux possibilités de répondre aux besoins des salariés, y compris au cas par cas.

 

L’idée, nous aurons l’occasion d’y revenir, étant essentiellement de préparer un projet bien ficelé, qui inclue autant les besoins du salariés que les contraintes et attentes de l’entreprise, et non pas d’aller faire une demande qui laisse à son manager la charge de trouver les solutions de mise en oeuvre.

 

 

Notons au passage que la génération Y, si elle amplifie la tendance à revoir ses priorités, n’est pas très différente des générations précédentes, elle a exactement les mêmes besoins. En revanche, sa tolérance à la frustration étant plus bas, elle les exprime et les revendique bien davantage. Espérons que cela lui vaudra moins de burnout que la génération X;)

 

 

 

Voir aussi

 

Ebook gratuit: équilibre vie personnelle / vie professionnelle

Concilier vie pro/vie perso: interview dans l’Express

Changer de métier pour mieux concilier vie pro et vie privée?

Le rugby au service de la conciliation vie professionnelle/vie privée des femmes

Job idéal: redéfinir la réussite

Quelles bonnes raisons de changer de job? ITW sur Keljob

Ralentir: les vertus de la lenteur

Quand les cadres ne veulent plus manager

 

 

 

 

 

 

Aller plus loin

 

Vous voulez construire une vie professionnelle réjouissante, en fonction de vos besoins et de vos aspirations? Pensez au coaching. Pour tous renseignements, contactez Sylvaine Pascual au 01 39 54 77 32

 


Une réflexion au sujet de « Concilier vie pro et vie perso, une priorité de plus en plus marquée »

  1. Merci d’aborder le sujet de l’équilibre vie privée / pro car c’est clairement une tendance de fond.

    Par rapport au dernier paragraphe : “Notons au passage que la génération Y, si elle amplifie la tendance à revoir ses priorités, n’est pas très différente des générations précédentes, elle a exactement les mêmes besoins. En revanche, sa tolérance à la frustration étant plus bas, elle les exprime et les revendique bien davantage”

    Pour moi la génération Y (née entre 1980 et 1995) place clairement l’équilibre de la vie privée / pro au 1er plan, du fait essentiellement de son éducation. Elle a vu ses parents, en majorité des baby-boomers, s’épuiser à la tâche en privilégiant la carrière à la vie de famille par exemple. Elle ne veut pas reproduire ce schéma. Elle veille à garder un équilibre de vie et un bien-être pour soi. D’où le recentrage sur sa propre personne (tant mieux) que certains appellent “individualisme”, parfois même “égoïsme”.

    Nos parents, au même âge (~25-30 ans), n’avait pas la même vision. Il fallait travailler dur pour son entreprise afin d’espérer faire carrière et acquérir un statut social. Les besoins étaient donc différents.

    De même, le besoin fondamental de sens est commun à tout être humain. En revanche, on constate que la génération Y est celle qui est le plus en demande de sens. Ce qui d’ailleurs pourrait expliquer son nom (Y se dit “why” en anglais).
    Une équipe de Y suivra son manager principalement si celui-ci donne du sens aux actions de son équipe. Une équipe de baby-boomers suivra son manager essentiellement parce que celui-ci est le manager car le respect de la hiérarchie est en haut de l’échelle des valeurs.
    La réalité n’est pas aussi dichotomique, je te l’accorde. Néanmoins c’est une tendance qui ressort du terrain quand j’étudie les différences générationnelles.

    Belle journée,
    Rémi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Powered by sweet Captcha